LES PREMIERS JOURS

Vous venez d'acquérir ce petit chiot drôle, fascinant, clown.

Petit par sa taille mais grand par sa personnalité, il vous charmera et vous ne vous lasserez pas de le couvrir d'éloges. Une fois le chiot  arrivé chez vous, il est important de vous occuper de lui immédiatement et de lui épargner le comité d' accueil constitué de vos voisins et amis venus l'admirer.

LA PRESENCE DU NOUVEAU CERCLE FAMILIAL EST SUFFISANTE

Le patron, c'est vous

          Vous lui aurez préalablement installé son domaine qu'il faut lui laisser découvrir.

Vous mettrez à sa disposition de l’eau, ainsi que de la nourriture qui vous a été remise lors de votre départ de l'élevage.

En raison du changement d'environnement le chiot peut perdre l'appétit ou avoir un appétit capricieux; la première semaine il n'y a rien d'alarment; veillez à ce que l'inappétence ne soit toutefois pas accompagnée d'atonie ni de diarrhées ni de vomissements.


Donc, la première nuit ne pose en général pas de problèmes car il est fatigué par le voyage et s'endort normalement. MAIS
il risque fort d'aboyer, de pleurer,  peut être hurler à la mort ! Généralement cela va crescendo : il geint, puis il pleure, puis il aboie, puis il hurle : La Traviata !
Règle d'or à ne jamais transiger : ne pas céder. Cela peut paraître cruel à certains et l'idée difficile à admettre, mais si par malheur vous venez le voir et, pire encore, lui dites des mots doux pour le réconforter, cela en est fini de votre autorité. Il aura gagné, se disant finalement que lorsqu'il pleure ou qu'il aboie, vous rappliquez. Inutile non plus de venir lui crier dessus et encore moins le frapper, même si le geste reste symbolique. Il ne le comprendrait pas.

Il est déconseillé  de laisser la lumière allumée la nuit, car le chiot ne s'en trouvera pas calmé pour autant, ses pleurs résultant de l'isolement et non de l'absence de lumière.


Prenez votre mal en patience, ce n'est qu'un mauvais moment à passer, et priez pour que les voisins (si vous en avez) fassent preuve de clémence et de patience. Le plus courtois est de les prévenir à l'avance, car si vous avez affaire à de mauvais coucheurs, vous encourez l'amende.
Ce " petit jeu " risque de durer plusieurs nuits.

MAIS, il est recommandé de ne céder sous aucun prétexte en le plaçant dans votre chambre, voir dans votre lit.

En procédant ainsi le chiot aura compris  qu'en pleurant, il obtiendra ce qu'il souhaite….

Les chiots sont souvent craquants au possible et qu'il est bien difficile de résister à leur petite bouille toute triste de chien malheureux.

Durant les premiers jours il conviendra de ne pas laisser le chiot seul trop souvent car par nature vous avez choisi de prendre un chiot pour avoir un compagnon auquel il convient de ne pas infliger la solitude que son acquisition était destinée à combattre. Malgré tout vous devez habituer votre chiot à rester seul ne serait ce que parce qu'il ne pourra pas toujours vous accompagner partout et que vous ne devez pas nécessairement en pareil cas retrouver la maison en champ de bataille à votre retour. Pour habituer le chiot à la solitude, sortez de chez vous sans dire au revoir au chiot et en l'ignorant puis quelques minutes plus tard rentrez et félicitez-le!!

 

Renouvelez cette expérience plusieurs fois en allongeant la durée des absences et peu à peu votre  chiot comprendra que votre départ n'est pas synonyme d'abandon mais de retrouvailles futures, il supportera ainsi beaucoup mieux la solitude.

 

Toutefois le soir, à votre retour, il convient de consacrer au moins une heure à la promenade et aux jeux car tout chien même habitué à la solitude a avant tout besoin de son MAITRE avec lequel il doit partager des moments de plaisir qu'il ne serait pas humain de lui refuser.

 

Je veux remercier l'équipe vétérinaire qui est à mon écoute.